Saviez-vous que ?

  • L'arbre de mai

    Le mât de mai est un incontournable des traditions bavaroises. Le peuple de Bavière vénérait la nature et célébrait l’arrivée de l’été le 1er mai. Ainsi, depuis le XVIIIe siècle, le mât de mai est le symbole des villes et villages de la Bavière du Sud. Il représente l’honneur de la commune et de sa communauté.

    L’arbre de mai est source de compétition entre les villages bavarois qui rivalisent d’ingéniosité et d’efforts pour se doter du plus grand et plus bel arbre. Des hauteurs de 30 mètres ne sont donc pas rares! Jusqu’à ce qu’il soit érigé, le jour cérémonie, l’arbre de mai fait l’objet de toutes les convoitises et est jalousement surveillé, de jour comme de nuit, par les hommes de la commune, pour décourager les éventuels ravisseurs. L’enjeu est de taille! En as de bol, les victimes doivent verser une rançon en nature (bières et victuailles) et surtout porter le poids de la honte.

    Dépourvu de son écorce, le tronc d’arbre dont on se sert pour le mât de mai est peint de bandes blanches et bleues (les couleurs de la Bavière) et le sommet du mât est décoré d’une couronne fait de branches de sapin. Bien souvent, on retrouve, le long du mât, des figurines représentants différents métiers comme le cordonnier, le ramoneur, le menuisier, le charpentier, etc. une fois l’arbre prêt, c’est l’occasion de fêter l’événement au son de la fanfare et des groupes folkloriques en dégustant bière, saucisses et bretzels! 

  • Histoire de l'Oktoberfest

    La première fête de la bière remonte au 12 octobre 1810, à l’occasion de la célébration du mariage du prince héritier Ludwig (plus tard le roi Louis Ier de Bavière (Ludwig I.)) et la princesse Thérèse Von Sachsen-Hildburghausen. Dès lors, ils organisèrent une grande course de chevaux sur la Prairie de Thérèse (Theresienwiese). Les festivités durèrent cinq jours et durant ce temps, bourgeois et nobles rivalisèrent d’imagination pour décorer dignement leur demeure.

    De son côté, la population était invitée à prendre part au traditionnel souper autour des tables et bancs de bois. La royauté dressa donc la table pour ses invités et leur distribua 32 065 petits pains, 3 992 livres de gruyère, 40 quintaux de mouton rôti, 8120 cervelas et 13 300 paires de saucisses fumées. Bien sûr, il y avait aussi de la bière : 232 hectolitres et près de 4 hectolitres de vin blanc.

    Vu les succès manifestes de cette fête grandiose, celle-ci se répéta annuellement. L’Oktoberfest était né. Cette fête fit lentement place aux expositions des producteurs agricoles bavarois à tous les trois ans leur permettant ainsi de proposer leurs dernières variétés d’aliments cultivés ou bien simplement d’exposer leurs nouvelles techniques d’agriculture favorisant l’amélioration de celles-ci.

    En 1950 a été introduite la tradition de tirer 12 coups de canon pour l’ouverture de la fête. Le maire en place (Oberbürgermeister) de Munich doit alors tirer la première bière de l’année sur la prairie avec les encouragements de la foule et déclarer « O’ zapft is! », signifiant que la première bière a été coulée et que l’Oktoberfest est maintenant lancé. Les carrousels et les manèges extérieurs se mettent aussitôt en branle.

    La fête de la bière dure maintenant 16 jours complets et se termine traditionnellement toujours le 1er dimanche d’octobre. Pour cause d’un allongement de la durée de la fête et en raison du temps plutôt frisquet en octobre, la fête d’« octobre » commence depuis 1872 dès septembre…

    Les serveuses dans les tentes se fraient un chemin à travers cette mer de visiteurs venus des quatre coins de la planète. Elles tiennent en équilibre leurs plateaux de fameux bretzels, de demi-poulet ou de grillades de boeuf. Évidemment, seules les serveuses expérimentées sont engagées. Elles doivent être capables de porter huit à douze chopes de bières d’un litre à la fois! Soulignons qu’elles doivent aussi faire preuve de tact envers la foule grisée qui ne demande qu’à boire sous les airs de cuivre du  « Oans, Zwoa, Drei G’suffa!! » (Un, deux, trois, on boit!!)

  • Habits traditionnels bavarois

    Le lederhose et le dirndl sont les tenues traditionnelles que les hommes et les femmes bavarois portent à l’occasion de nombreuses occasions telles que les mariages, les fêtes et bien sûr au moment de l’Oktoberfest. Leder veut dire cuir et hosen veut dire pantalon en allemand. Le lederhose est aux allemands ce qu’est le Kilt aux Écossais. L’origine de ce costume remonte à la période Rococo où lors des mariages, on portait ce costume montagnard. Le vrai lederhose est fabriqué avec du cuir de cerf.

  • Décrêt sur la pureté de la bière

    Encore aujourd’hui en Allemagne, il existe une loi «Reinheitsgebot » ou le « décret sur la pureté de la bière » qui prescrit les standards dans la fabrication et la commercialisation de la bière. Cette loi fût dictée par le Duc Guillaume IV de Bavière en 1516. Les seuls ingrédients autorisés dans la composition de la bière sont le malt  d’orge, le houblon, la levure et l’eau. Il s’agit de l’une des plus vieilles lois alimentaires européennes.

  • La Bavière est à Disney

    Le château Neuschwanstein en Bavière a servi d’inspiration au château de Disneyland.

  • Les contes des frères Grimm

    Saviez-vous que plusieurs des contes populaires de vos enfants ont été écrits par Les frères Grimm d’Allemagne? Le Petit Chaperon Rouge, Hansel et Gretel, Tom Pouce, Blanche-Neige, La belle au bois dormant ne sont que quelques exemples de contes typiquement allemands.

  • Historique de la botte de bière

    Communément appelée «Bierstiefel», la botte de bière que l’on connaît est une invention allemande spécialement populaire auprès des touristes qui visitent les régions de la Bavière et de Munich. Suite à son apparition dans le film «Beerfest» en 2006, ce bock s’est avéré incroyablement prisé, particulièrement dans les campus universitaires à travers les États-Unis. D’ailleurs, les bottes façonnées par des travailleurs du verre sont majoritairement exportées et vendues aux États-Unis.

    La légende de la botte

    La botte de bière existe depuis environ 100 ans. Son histoire a débuté alors que les soldats allemands buvaient de la bière à même leur botte lors de leurs congés dans les fameux «Biergarden» de la région de la Bavière. La légende raconte qu’un général allemand aurait fait serment à ses troupes de boire de la bière à partir de sa botte s’ils réussissaient l’assaut d’une ville. Ressortant vainqueurs de cette bataille, le général commanda à un travailleur du verre de lui façonner une botte afin qu’il puisse remplir sa promesse sans avoir à boire dans sa propre botte. Depuis ce temps, les soldats peuvent trinquer à leur victoire avec une botte de bière à la main. Cette coutume se poursuit encore à ce jour au sein de l’armée allemande et parmi les troupes américaines stationnées en sol allemand.

    Comment boire la botte ?

    Vous est-il déjà arrivé de vous éclabousser le visage en tentant de boire votre bière dans une botte ? Boire dans ces bocks est effectivement un défi. Voici donc la méthode ultime : la technique consiste à tenir la botte de façon à ce que le bout du pied pointe vers la gauche ou vers la droite. De cette manière, l’air ne s’accumule pas à l’extrémité de la botte et vous évite de prendre une douche de bière. Prost